lundi 9 septembre 2019

Tu es le héros de la forêt ensorcelée... En librairie le 13 septembre !



Septembre, c'est la rentrée, le froid qui revient, le jour qui baisse... L'automne qui va arriver et qui est une saison que j'aime. Septembre c'est... bon, je m'égare !

Cette année, septembre c'est aussi pour moi le mois de parution d'un livre important. Un livre que je rêvais d'écrire, depuis l'adolescence, un livre qui m'a pris plus d'une année de travail.

Ce livre, c'est "La forêt ensorcelée", premier titre de la collection "Tu es le héros", aux Editions Larousse (qui ont bien voulu s'engouffrer dans l'aventure, justement, merci à Sophie Chanourdie pour sa confiance !).

Le principe de ce livre, c'est qu'il place le lecteur au centre des décisions. Le lecture devient le "héros" (ou l'héroïne, bien sûr) de l'histoire : il fait des choix, trouve des objets qu'il décide ou non de garder, les utilise, acquiert des pouvoirs, combat des ennemis et... perd des points de vie, parfois jusqu'à terminer l'aventure prématurément.
La fiche aventure en début de livre lui sert à noter tous ces éléments. Il doit parfois se servir d'un dé (ou du dé imprimé sur les pages du livre), comme dans les jeux de rôle...



Le livre n'est pas paginé, il ne contient que des paragraphes numérotés qu'on ne lit pas dans l'ordre. A chaque fois qu'on recommence l'aventure, on peut découvrir de nouveaux chemins, faire de nouvelles rencontres.



Pour écrire ce livre, il a donc fallu que je crée une arborescence, une sorte de plan, de carte de l'aventure.

Ici, un tout petit extrait de l'arborescence...

Et ça, ça a été MON aventure !
Car rapidement, l'arborescence est devenue un monstre de possibilités, qui m'a donné du fil à retordre.
Mais rassurez-vous, avec l'aide de Ronan Janin, qui m'a conseillée et guidée pour le "gameplay", et grâce à la relecture attentive de Magali Corbel, mon éditrice, je suis parvenue à ne pas me perdre... enfin... j'espère ^^

Mon idée, en tout cas, c'est d'offrir une aventure immersive, sous forme de livre, ce qui existe déjà, sauf que cette aventure s'adresse aux plus jeunes (mais il plaira également aux plus grand... on a testé !). Les règles sont volontairement très simples.
Il peut donc être lu / joué à partir de 8-9 ans (selon le niveau de lecture). Je voulais proposer une sorte d'initiation aux livres du même type, réédités récemment par les Editions Gallimard et dont les règles sont parfois très complexes.
D'une certaine façon, "La forêt ensorcelée" peut aussi être une initiation aux jeux de rôles.

On peut le prêter, le rejouer, puisque la fiche d'aventure est disponible sur le site Larousse, ce qui permet d'en imprimer autant qu'on le souhaite.

Quant à l'histoire.... C'est celle d'un enfant qui trouve une clef étrange dans la réserve de son école, et se retrouve projeté malgré lui dans un autre monde dont... il devient le héros.
Je ne vous en dis pas plus, pour ne pas révéler les choix à faire ;)

Comble du bonheur, il est illustré par Miss Paty, qui a su trouver l'ambiance parfaite pour mon histoire !



Bref, " la forêt ensorcelée " sort le 13 septembre et j'ai hâte d'avoir vos avis !

mardi 25 juin 2019

Mômes à la page avant la plage


Le week-end dernier, j'étais en Creuse (oui, c'est comme ça qu'il faut dire), pour le festival Mômes à la Page. C'est une très belle région que je ne connaissais pas du tout et que j'ai eu le plaisir de découvrir !
Nous étions cinq auteurs invités : Gilles Bachelet, Emilie Vast, Frédéric Marais, Yves-Marie Clément et moi-même.




Extrait de l'exposition de Frédéric Marais



Extrait de l'exposition d'Emilie Vast


Extrait de l'exposition de Gilles Bachelet

Nous avons tous les cinq rencontré des classes de la région qui avaient travaillé autour de nos livres. 













Le mercredi, j'ai animé des ateliers d'écriture avec les enfants du centre de loisirs. L'idée était de piocher un personnage, un lieu et un objet et d'inventer une histoire à partir de ces éléments (ils ont travaillé en groupes de 3 ou 4). Bien sûr, nous ne nous sommes pas préoccupés de l'orthographe, car c'est un aspect que l'on voit dans un second temps, qui ne fait pas partie de l'atelier créatif.



C'était chouette !
Un grand merci à toute l'équipe de Mômes à la Page pour leur accueil et leur énergie !













dimanche 19 mai 2019

Ça c'est pas de peau, de quitter Pau


Graines de Lecteurs, c'était ce week-end à Pau, et c'était magique !

Le principe ? Un prix récompensant six enfants, pour les lettres qu'ils ont écrites aux auteurs invités (Audren, Claire Castillon, Manon Fargetton, Valentine Goby, Christophe Mauri, Guillaume Nail et moi). Les enfants ont écrit 400 lettres (et on nous les a toutes données) !
La remise du prix a été très émouvante, la salle était pleine, les enseignants, les enfants et leurs familles étaient venus nombreux pour y assister ! Quelle belle récompense pour l'équipe de bibliothécaires qui a organisé tout ça...

Serigne, qui est un des six enfants récompensés,  m'a écrit cette lettre, et je dois dire qu'elle m'a beaucoup plu !

... C'est bien la première fois qu'on m'écrit "moi aussi je suis un très mauvais écrivain" ! Ah ah !
Mais rassurez-vous, Serigne évoque l'écrivain abominable, bien sûr !





 

La veille, mes amis-collègues auteurs et moi avons chacun rencontré plusieurs classes.
Pour moi, ça s'est passé à la médiathèque de Billères (merci à Frédéric pour l'accueil !), et les enfants avaient lu mon roman, "L'écrivain abominable".


J'ai eu des surprises incroyables, comme des saynètes tirées de mon roman, un jeu de piste avec devinettes dans le noir (heureusement j'ai eu droit à une lampe de poche)... j'ai rencontré mes personnages, qui m'ont fait savoir ce qu'ils pensaient de leur rôle dans mon roman (Charlotte n'a pas été tendre, mais c'est bien mérité !), j'ai assisté à l'interview d'une autre Anne-Gaëlle Balpe...


Ouf, le temps était trop court, j'ai échappé à "invente une histoire" (oui je suis très mauvaise en improvisation, c'est pour ça que j'écris, parce que je peux prendre tout le temps que je veux pour choisir chaque mot !)



J'ai également échappé à la question "quelle voiture seriez-vous ?" et là, je remercie le destin.

Par contre, je n'ai pas échappé au goûter (ma gourmandise me perdra), et en prime j'ai eu un très joli cadeau:


Je vous présente Madame Gastro !
Nommée ainsi en l'honneur de la maîtresse du roman
(mais chut, je ne révèle pas le rapport avec la plante,
pour ceux qui n'auraient pas lu le livre !)

Enfin, chaque auteur invité a eu droit à son portrait en rubik cube, grâce au club Fast Cube créé par Jean-Christophe :




Et pour ne rien gâcher, nous avons été royalement accueillis, avec visite d'un chaix et dégustation de Jurençon :


Et comme vous le voyez, c'était triste.

Alors MERCI (et bravo !) à Frédérique, Cécile, Sylvie, Valérie, Isabelle, Frédéric, et à toute l'équipe des médiathèques de Pau et de la communauté d'agglomération pour ces belles rencontres et ces merveilleux moments passés en votre compagnie, merci aux enseignants d'avoir si bien préparé les rencontres et merci aux enfants pour leur enthousiasme, leurs surprises et leurs lettres que je vais tâcher de lire dans les prochains jours !

Je repars pleine d'énergie pour mes prochaines semaines d'écriture !




En bonus, les textes qui m'ont été lus par mes "personnages" !

Textes collectifs, produits à partir de textes individuels des élèves (merci à Pierre Laporte pour l'envoi !)

Rencontre avec...

Manolo

Dis donc Anne Gaëlle ! tu y vas un peu fort, je trouve ! oui je vis dans un cirque ! mais me faire détester l’école, ce n’est vraiment pas sympa !
Et alors quoi !? parce qu’on vit dans un cirque on déteste l’école ?
Pourquoi tu me fais détester la lecture, dis-moi ?
Mais moi, j’ai la honte, maintenant! En plus il y a plein d’élèves dans la classe qui aiment bien lire ! ils font graine de lecteurs, ils ont tout lu et toi tu me fais dire que je déteste la lecture !
Et tu les fais se moquer de moi en plus, comme Joanna : elle m’a dit qu’un jour peut-être je dépasserai la première page !
La honte ! Merci Anne Gaëlle !
Bon sang ! à cause de toi tous les élèves se moquent de moi ! Ils m’appellent Pipo le clown ! mais moi je sais bien que c’est toi qui leur fais dire tout ça !
Et tu as vu tous les problèmes avec Mme Gastraud, à cause de toi ? puni 3 fois avant que Roland Dale arrive !? Tu abuses !
En plus, quand je regarde par la fenêtre, je ne fais pas « rien »!
je travaille dans ma tête madame ! j’invente ma vie, j’invente le monde, et je crée des mondes imaginaires ! je suis poète vois-tu, et ça tu ne l’as pas vu, toi ? c’est beau de regarder par les fenêtres !
Bon heureusement tu te rattrapes un peu avec le rôle de super héros que tu me fais jouer dans le bus et dans le château ; c’est vrai que ça claque ! c’est moi qui sauve l’école en fait !
Pas mal Anne Gaëlle. Merci quand même !

Charlotte

Bon sang ! alors là, j’hallucine ! Je porte plainte contre toi Anne Gaëlle !
Est-ce que quelqu’un peut me dire s’il y a un juge pour les auteurs que je te fasse condamner ? comment as-tu osé me comparer à un morceau de ficelle ? et à un spaghetti !
Et pourquoi c’est moi la fille pas sympa du livre ?
Pourtant ça commençait bien : tout le chapitre 2 rien que pour MOI ! j’adore !
Mais pourquoi « la terrifiante  Charlotte » ?!! Je ne suis pas si méchante tu sais !
Mais la tête que tu m’as faite ! Non mais allô quoi !, je rêve !
Regarde-moi bien ! je ne suis pas belle dans la nouvelle robe que j’ai acheté pour la rencontre avec Monsieur Roland Dale ?!
Dis-donc, Anne Gaëlle ! tu as lu ce que tu as écrit sur moi ? Ecoute, je te relis : « À côté, Charlotte tenait plus… disons… du paon. Le genre machin emplumé qui glousse, qui dresse le cou pour vous regarder de haut et qui joue les starlettes avec son costume à paillettes mais qui, au fond, passe sa vie à gratter la terre pour boulotter des vers. »
Moi un paon ? mais c’est une blague, non ? Au Tribunal, Anne Gaëlle !! En prison !! C’est toi qui va boulotter des vers !
J’ai failli oublier Anne Gaëlle : tu fais de moi une balance en plus ! mais tu me détestes ! Et qu’est-ce que je fais d’autre dans le livre à part balancer ? rien !
En plus je ne comprends rien à ce que tu as écrit : mon père est maire ??? mais si mon père est mère, alors il n’est pas père, il est ma mère !
Bon en tout cas si mon père est maire, promis Anne Gaëlle, tu vas avoir des problèmes !

Roland Dale

Bonjour ma chère collègue ! alors vous êtes l’auteur ? comme moi quoi !?
Ça claque, non d’être un auteur ? vous aimez ? moi j’adore !
Et passer dans les classes, vous aimez ?
Moi j’adore ! ce que je préfère, c’est quand la température de la classe commence à bien descendre, quand les stalactites de glace pendent aux fenêtres, quand la classe ressemble à un frigo et les élèves à des jambonneaux !
Vous avez très bien décrit l’ambiance dans la classe, très chère collègue, je vous félicite.
Et vous chère Anne Gaëlle, vous savez faire descendre la température dans les classes ?
Dites-moi, Vous les avez lues au moins, les aventures d’Emile Carton ? c’est bien, non ? Oui, je sais, j’écris bien, je suis un écrivain de géni. Je pense qu’on va se souvenir de moi longtemps ; Les organisateurs de graine de lecteur auraient dû choisir les aventures d’Emile Carton
Ça aurait été mieux que Mathieu Hidalf !
Dites-moi Anne Gaëlle, entre nous, j’ai un petit problème avec la fin de votre Ecrivain abominable, on peut en rediscuter tous les deux ? En fait je n’aime pas trop le numéro de cirque avec le fouet et les couteaux ! et puis je déteste les bains, alors si vous pouviez gommer le passage dans la marmite, ça serait bien….
Et puis faire mourir mes plantes, je ne suis pas d’accord !
Voulez-vous bien réécrire cette fin, très chère collègue ?

Paco

Anne Gaëlle ! t’as vu mon bobo ? c’est grave !
Manolo il dit que c’est pas grave ! mais c’est grave en vrai ! il m’énerve Manolo ! en plus ça saigne, t’as vu ?
T’as vu le château ! c’était bien la sortie, surtout le bus ! toi t’aimes le bus ? t’es venue en bus ?
Tu sais le poisson rouge de la classe il est sorti de l’aquarium et puis après il est parti. Et toi tu aimes la salade de légume ? Moi j’aime pas le foot, mais Manolo il aime.
Et tu sais j’ai une amoureuse, c’est Joanna, tu connais Joanna ? Il est fort Manolo ! il nous a sorti des aquariums à la sortie scolaire. Et toi tu as un amoureux ?
Tu habites dans un château toi ? à la récré j’ai perdu des billes. C’est la grande charlotte qui me les a piquées.
Et tu sais eh béh les parents de Joanna ils sont noirs.
Tu sais moi j’ai vu des éclairs bleus et après j’ai fait un gros dodo ; c’est comme ça quand Roland il nous lit l’histoire. Il est gentil Roland.
Moi j’aime les histoires et toi ? Il va revenir Roland ?









samedi 20 avril 2019

On est fiers, à Quiers !

(sététrobien !)

Mardi, c'était la toute dernière séance d'atelier d'écriture à l'école de Quiers !
Nous sommes un peu tristes, bien sûr, mais on s'est quittés sur de très belles histoires.
Après toute cette préparation, toutes ces étapes franchies, tout ce travail fait ensemble, je suis heureuse de vous présenter les deux textes, écrits, l'un par la classe de CP-CE1 d'Aurélie, l'autre par la classe de CP-CE1 de Béatrice.
Ils n'ont pas encore de titre, demandent à être un tout petit peu revus et corrigés (le temps a filé durant cette dernière séance !), puis il est prévu que les enfants les illustrent.
Mais voici ce que ça donne pour l'instant (je vous rappelle qu'il s'agissait d'écrire une histoire en s'inspirant de Bonhomme et le fil rouge !)

----------------------------------
Classe d’Aurélie
1
Un matin, au pôle Nord, le Père-Noël sort de chez lui pour aller chercher son courrier.
C’est bientôt Noël, tous les enfants du monde lui ont écrit !
Il ouvre sa porte en baillant. Soudain, il trébuche sur quelque chose.
Il se retourne et découvre un œuf planté dans la neige, juste devant chez lui.

2
« Mmm, j’ai faim, dit le Père-Noël, je vais faire une bonne omelette ! »
« Ne me mange pas ! hurle l’œuf. »
« Au secours ! Un œuf qui parle ! crie le Père Noël »
« Brrr j’ai froid ! dit l’œuf »
« Je vais te couvrir de papier cadeau, comme ça, tu auras plus chaud. »
Le Père-Noël emballe l’œuf et le met dans sa poche. Puis, il repart chercher son courrier.

3
Par hasard, il rencontre un ours.
« Bonjour Père-Noël, je peux avoir un cadeau ? dit l’ours en grognant. »
« Oui je veux bien mais as-tu été sage ? répond le Père Noël »
« Oui, j’ai été très sage je n’ai mangé que des poissons ! »
Le Père-Noël lui donne l’œuf emballé. Heureux, l’ours lui donne un poisson en échange.

4
Près d’un bloc de glace, le Père-Noël rencontre un renard.
« Père-Noël ! Si tu savais comme j’ai faim, ça fait si longtemps que je n’ai pas mangé ! »
« Je peux te donner ce poisson, si tu me dis bonjour, répond le Père-Noël »
« Bonjour, dit le renard un peu gêné. »
Le Père Noël donne le poisson au renard.
« En échange je te donne cette carotte des neiges, propose le renard. »
(continuer le dialogue pour expliquer d’où vient la carotte )

5
En approchant de la boîte aux lettres, le Père-Noël voit un renne.
« Bonjour, Père Noël, pourrais-je avoir cette carotte ? demande le renne. »
« Oui, et joyeux Noël en avance ! dit le Père Noël. »
« Tiens, j’ai trouvé cet œuf à mes pieds, répond le renne, il a roulé jusqu’à moi. Et j’ai entendu un ours qui criait "au secours un œuf qui parle !" »

6
« Décidément ! D’où viennent tous ces œufs qui parlent ? s’écrie le Père-Noël. »
Il salue le renne, va prendre son courrier et retourne chez lui.
Tout à coup, devant sa porte, il trouve un pingouin qui pleure.

7
« Mon œuf adoré ! s’exclame le pingouin. Il saute de joie, glisse et tombe sur ses fesses.
« Enfin, je l’ai retrouvé ! Tu m’as manqué ! ça fait des heures que je te cherche ! »
« Hein ? Quoi ? C’est ton œuf ? Alors je te le rends ! répond le Père Noël.

8
Soudain, le Père Noël et le pingouin entendent un petit craquement.
Un petit bec sort de l’œuf, puis des jambes, et enfin, un bébé pingouin.
« Maman ! crie le bébé en faisant un gros câlin à sa maman. »



Classe de Béatrice

1
Il était une fois une sirène qui s’ennuyait au fond de l’océan.
Elle jouait avec deux orques. Ils se lançaient une vieille boîte de conserve qu’ils avaient ramassée dans le sable. Car l’océan était très sale. Il était rempli de plastique, de canettes et de vieux pneus. Il y avait même des épaves de bateaux.

2
Un orque lança la boîte quand soudain, un coquillage en sortit et tomba dans le sable.
La sirène le ramassa. C’était un long coquillage rose et il était fermé.
« Regardez ce que j’ai trouvé, dit la sirène à ses amis. »
« Oui mais nous, on joue avec une vieille boîte de conserve ! répondirent les orques, tu pourrais peut-être échanger ce beau coquillage contre quelque chose… »
« D’accord, pourquoi pas ? dit la sirène. »

3
La sirène quitta ses amis et nagea loin.
Tout à coup, elle rencontra un dauphin.
« Oh ! Quel beau coquillage, s’exclama le dauphin. J’aimerais trop l’avoir ! »
« Tiens, je te l’échange contre ton collier de perles, répondit la sirène »
Heureux, le dauphin s’en alla. La sirène continua son chemin.

4
Derrière un rocher, la sirène aperçut une femelle requin qui pleurait.
« Pourquoi pleures-tu ? demande la sirène. »
« Parce que tout le monde a peur de moi, répond le requin. »
« Veux-tu mon collier pour que plus personne n’ait peur de toi ? demanda la sirène ».
« Oh ! Merci ! Avec grand plaisir, c’est très gentil ! répondit le requin. »
En échange, elle offrit à la sirène l’étoile de mer qu’elle avait mise sur sa tête.
La sirène salua sa nouvelle amie et continua son chemin.

5
Un peu plus loin, la sirène rencontra un hippocampe. Il était en train d’admirer sa collection d’objets jaunes.
« Oh la la ! Où est-ce que je pourrais mettre ce deuxième ballon jaune ? râle l’hippocampe. »
Soudain, il aperçoit la sirène qui porte son étoile de mer sur la tête.
« Oh ! Quelle belle étoile de mer jaune ! s’écrie l’hippocampe, veux–tu me l’échanger contre ce ballon ? »
« Oui ! Oui ! Oui ! Justement je cherchais je quelque chose pour jouer avec mes amis ! répondit la sirène. »

6
La sirène retourna chez elle voir ses amis.
Quand elle arriva, ils jouaient à se lancer un coquillage.
« C’est le coquillage que j’ai donné au dauphin tout à l’heure ! dit la sirène. »
« C’est lui qui nous l’a donné, justement ! »

7
Ils lancèrent le coquillage à la sirène. Mais elle le laissa tomber.
Juste avant de toucher le sol, le coquillage s’ouvrit.
Un bâton s’en échappa.

8
La sirène rattrapa le bâton.
Elle s’aperçut qu’il était rose et vert. C’était un drôle de bâton !
Elle leva son bras et d’un seul coup l’océan fut tout propre. Il n’y avait plus aucune saleté ! La sirène et ses amis furent impressionnés !
Alors la sirène cria :
« Mais ! C’était une baguette magique ! »

----------------------------------

Alors ça vous a plu ?
Parce qu'à eux, je crois que oui...



(non, je n'ai pas conduit l'atelier couchée sur un divan...)

(mystère de l'imagination enfantine !)