samedi 20 avril 2019

On est fiers, à Quiers !

(sététrobien !)

Mardi, c'était la toute dernière séance d'atelier d'écriture à l'école de Quiers !
Nous sommes un peu tristes, bien sûr, mais on s'est quittés sur de très belles histoires.
Après toute cette préparation, toutes ces étapes franchies, tout ce travail fait ensemble, je suis heureuse de vous présenter les deux textes, écrits, l'un par la classe de CP-CE1 d'Aurélie, l'autre par la classe de CP-CE1 de Béatrice.
Ils n'ont pas encore de titre, demandent à être un tout petit peu revus et corrigés (le temps a filé durant cette dernière séance !), puis il est prévu que les enfants les illustrent.
Mais voici ce que ça donne pour l'instant (je vous rappelle qu'il s'agissait d'écrire une histoire en s'inspirant de Bonhomme et le fil rouge !)

----------------------------------
Classe d’Aurélie
1
Un matin, au pôle Nord, le Père-Noël sort de chez lui pour aller chercher son courrier.
C’est bientôt Noël, tous les enfants du monde lui ont écrit !
Il ouvre sa porte en baillant. Soudain, il trébuche sur quelque chose.
Il se retourne et découvre un œuf planté dans la neige, juste devant chez lui.

2
« Mmm, j’ai faim, dit le Père-Noël, je vais faire une bonne omelette ! »
« Ne me mange pas ! hurle l’œuf. »
« Au secours ! Un œuf qui parle ! crie le Père Noël »
« Brrr j’ai froid ! dit l’œuf »
« Je vais te couvrir de papier cadeau, comme ça, tu auras plus chaud. »
Le Père-Noël emballe l’œuf et le met dans sa poche. Puis, il repart chercher son courrier.

3
Par hasard, il rencontre un ours.
« Bonjour Père-Noël, je peux avoir un cadeau ? dit l’ours en grognant. »
« Oui je veux bien mais as-tu été sage ? répond le Père Noël »
« Oui, j’ai été très sage je n’ai mangé que des poissons ! »
Le Père-Noël lui donne l’œuf emballé. Heureux, l’ours lui donne un poisson en échange.

4
Près d’un bloc de glace, le Père-Noël rencontre un renard.
« Père-Noël ! Si tu savais comme j’ai faim, ça fait si longtemps que je n’ai pas mangé ! »
« Je peux te donner ce poisson, si tu me dis bonjour, répond le Père-Noël »
« Bonjour, dit le renard un peu gêné. »
Le Père Noël donne le poisson au renard.
« En échange je te donne cette carotte des neiges, propose le renard. »
(continuer le dialogue pour expliquer d’où vient la carotte )

5
En approchant de la boîte aux lettres, le Père-Noël voit un renne.
« Bonjour, Père Noël, pourrais-je avoir cette carotte ? demande le renne. »
« Oui, et joyeux Noël en avance ! dit le Père Noël. »
« Tiens, j’ai trouvé cet œuf à mes pieds, répond le renne, il a roulé jusqu’à moi. Et j’ai entendu un ours qui criait "au secours un œuf qui parle !" »

6
« Décidément ! D’où viennent tous ces œufs qui parlent ? s’écrie le Père-Noël. »
Il salue le renne, va prendre son courrier et retourne chez lui.
Tout à coup, devant sa porte, il trouve un pingouin qui pleure.

7
« Mon œuf adoré ! s’exclame le pingouin. Il saute de joie, glisse et tombe sur ses fesses.
« Enfin, je l’ai retrouvé ! Tu m’as manqué ! ça fait des heures que je te cherche ! »
« Hein ? Quoi ? C’est ton œuf ? Alors je te le rends ! répond le Père Noël.

8
Soudain, le Père Noël et le pingouin entendent un petit craquement.
Un petit bec sort de l’œuf, puis des jambes, et enfin, un bébé pingouin.
« Maman ! crie le bébé en faisant un gros câlin à sa maman. »



Classe de Béatrice

1
Il était une fois une sirène qui s’ennuyait au fond de l’océan.
Elle jouait avec deux orques. Ils se lançaient une vieille boîte de conserve qu’ils avaient ramassée dans le sable. Car l’océan était très sale. Il était rempli de plastique, de canettes et de vieux pneus. Il y avait même des épaves de bateaux.

2
Un orque lança la boîte quand soudain, un coquillage en sortit et tomba dans le sable.
La sirène le ramassa. C’était un long coquillage rose et il était fermé.
« Regardez ce que j’ai trouvé, dit la sirène à ses amis. »
« Oui mais nous, on joue avec une vieille boîte de conserve ! répondirent les orques, tu pourrais peut-être échanger ce beau coquillage contre quelque chose… »
« D’accord, pourquoi pas ? dit la sirène. »

3
La sirène quitta ses amis et nagea loin.
Tout à coup, elle rencontra un dauphin.
« Oh ! Quel beau coquillage, s’exclama le dauphin. J’aimerais trop l’avoir ! »
« Tiens, je te l’échange contre ton collier de perles, répondit la sirène »
Heureux, le dauphin s’en alla. La sirène continua son chemin.

4
Derrière un rocher, la sirène aperçut une femelle requin qui pleurait.
« Pourquoi pleures-tu ? demande la sirène. »
« Parce que tout le monde a peur de moi, répond le requin. »
« Veux-tu mon collier pour que plus personne n’ait peur de toi ? demanda la sirène ».
« Oh ! Merci ! Avec grand plaisir, c’est très gentil ! répondit le requin. »
En échange, elle offrit à la sirène l’étoile de mer qu’elle avait mise sur sa tête.
La sirène salua sa nouvelle amie et continua son chemin.

5
Un peu plus loin, la sirène rencontra un hippocampe. Il était en train d’admirer sa collection d’objets jaunes.
« Oh la la ! Où est-ce que je pourrais mettre ce deuxième ballon jaune ? râle l’hippocampe. »
Soudain, il aperçoit la sirène qui porte son étoile de mer sur la tête.
« Oh ! Quelle belle étoile de mer jaune ! s’écrie l’hippocampe, veux–tu me l’échanger contre ce ballon ? »
« Oui ! Oui ! Oui ! Justement je cherchais je quelque chose pour jouer avec mes amis ! répondit la sirène. »

6
La sirène retourna chez elle voir ses amis.
Quand elle arriva, ils jouaient à se lancer un coquillage.
« C’est le coquillage que j’ai donné au dauphin tout à l’heure ! dit la sirène. »
« C’est lui qui nous l’a donné, justement ! »

7
Ils lancèrent le coquillage à la sirène. Mais elle le laissa tomber.
Juste avant de toucher le sol, le coquillage s’ouvrit.
Un bâton s’en échappa.

8
La sirène rattrapa le bâton.
Elle s’aperçut qu’il était rose et vert. C’était un drôle de bâton !
Elle leva son bras et d’un seul coup l’océan fut tout propre. Il n’y avait plus aucune saleté ! La sirène et ses amis furent impressionnés !
Alors la sirène cria :
« Mais ! C’était une baguette magique ! »

----------------------------------

Alors ça vous a plu ?
Parce qu'à eux, je crois que oui...



(non, je n'ai pas conduit l'atelier couchée sur un divan...)

(mystère de l'imagination enfantine !)


dimanche 24 mars 2019

Dernière ligne courbe à Quiers !

Troisième séance d'atelier, avec les CP-CE1 de l'école de Quiers.
Après avoir choisi le lieu de notre histoire, sa forme, et son personnage principal, en nous inspirant des aventures de Bonhomme, nous avons défini ses étapes.

Cela a donné lieu, pour chaque classe, à un dessin représentant notre histoire. Pour l'instant c'est encore un peu "brouillon" ! Mais heureusement, il nous reste encore une dernière séance, en avril, pour mettre tout ça en forme.

Je suis très impatiente de vous faire découvrir le résultat, quand nous aurons terminé. Il est même question que les enfants illustrent ensuite leurs histoires, avec leurs maîtresses ! Chouette !

L'histoire de la classe d'Aurélie :





L'histoire de la classe de Béatrice : 





mercredi 20 février 2019

Retour à Quiers, choix du lieu et du personnage

Lundi, j'étais de retour à Quiers, pour la suite de mon travail d'écriture avec les CP-CE1.
Après avoir discuté la dernière fois autour des deux histoires de "Bonhomme", et avoir décidé d'écrire à notre tour une histoire "ronde", il nous fallait choisir notre lieu et notre personnage principal.

Nous avons commencé par le lieu. La consigne que j'ai donnée était de choisir un lieu dans lequel on pouvait se promener, rencontrer d'autres personnages, et trouver des objets.
Les enfants ont eu plein d'idées !

Dans la classe d'Aurélie :




Dans la classe de Béatrice :



Après que chacun ait expliqué son choix (à Paris, il y a des monuments, on peut voyager en métro, dans un immeuble, il y a plein de personnes et d'objets différents...), nous avons voté pour choisir un de ces lieux. Dans la classe d'Aurélie, c'est le pôle Nord qui a remporté le plus de votes. Dans celle de Béatrice, les fonds marins. Voilà qui promet deux histoires très différentes !

Ensuite, j'ai demandé aux enfants de trouver qui sera le personnage principal de notre histoire. Ils devaient choisir un personnage en lien avec le lieu retenu précédemment, et là encore, être capable d'expliquer aux autres en quoi ce personnage pouvait être intéressant pour notre histoire.

La classe d'Aurélie a finalement choisi le Père-Noël...


Celle de Béatrice, une sirène...


Enfin, nous avons commencé à réfléchir aux objets que notre personnage pourrait trouver et échanger dans notre histoire, puisque c'est "Bonhomme et le fil rouge", qui nous sert de "canevas".


Dans la classe de Béatrice, nous avons même commencé à imaginer ce que pourrait être la fin de l'histoire. En effet, l'objet du début doit réapparaître à la fin, avec une surprise !


Mais dans quelques jours, ce sont les vacances, alors, nous allons tous laisser reposer nos idées (enfin, moi, pas exactement, j'ai un projet sur le feu !), et nous retrouver au mois de mars, pour commencer à écrire.
Nous avons récolté une bonne partie de notre "matériel", alors,  il n'y a "plus qu'à" !

Bonnes vacances à ceux qui en ont !



mercredi 30 janvier 2019

"Merci maîtresse de nous faire vivre tout ça..."

Lorsque je débute un atelier d'écriture "suivi", c'est-à-dire se déroulant sur plusieurs séances, j'ai toujours le sentiment de partir pour l'aventure. Avec tout ce que ça comporte : motivation, excitation, impatience, mais aussi peur de ne pas réussir à faire émerger les idées, petit stress de ne pas bien gérer le temps... Quand on écrit, on a ses "trucs", ses habitudes, ses automatismes. Ça ne fonctionne pas toujours comme on voudrait, mais on prend le temps qu'il faut, on tâtonne, on recommence, ou on fonce, c'est selon.
Mais lorsqu'on propose à des enfants d'inventer une histoire, qui plus est, en classe, tous ensemble, et sur un temps limité, c'est bien différent ! Alors à chaque fois je doute d'y arriver, et pourtant à chaque fois je me lance. Et, vous l'aurez sans doute deviné, à chaque fois, j'en ressors épatée par les enfants et ravie.

Cette semaine, j'ai donc débuté un atelier d'écriture dans une toute petite école seine-et-marnaise, celle de Quiers, qui comporte en tout et pour tout deux classes, chacune de CP-CE1, l'une d'entre elles étant la classe d'Aurélie, que j'ai rencontré à l'IUFM (oui oui, je sais, ça date), du temps où je préparai le concours de professeure des écoles. Ça faisait longtemps qu'Aurélie, qui suit mes aventures littéraires, avait envie de préparer un projet pour sa classe avec moi. Et cette année, c'était la bonne.

Les enfants et moi nous étions déjà rencontré en octobre, et j'avais pris le temps de me présenter, de leur parler de mon travail, de mes livres, de répondre à toutes leurs questions. Eux avaient lu quelques uns de mes albums, et notamment les albums mettant en scène le personnage de Bonhomme.

  

Ils avaient inventé de nouvelles couvertures, associant Bonhomme à de nouveaux objets, qui pourraient chacun être, pourquoi pas, le début d'une... nouvelle histoire !


Et puis je suis repartie, leur promettant de revenir pour commencer un travail d'écriture tous ensemble.
C'est donc ce qui a eu lieu mardi. La première séance de notre atelier d'écriture !
Cela faisait plusieurs mois que nous ne nous étions pas vus, mais mon prénom scandé dans la cour m'a fait dire qu'ils ne m'avaient pas oubliée. 
Les enfants se sont installées dans la salle, où pour l'occasion les chaises avaient été placées en cercle. La maîtresse, les enfants, et moi, tous ensemble assis les uns à côté des autres pour plus de décontraction.

Nous avons commencé par nous rappeler les deux histoires de Bonhomme. Puis, je leur ai demandé ce qui était "pareil" dans les deux histoires.


(désolée pour l'erreur sur "les objet"... j'étais dans le feu de l'action !)



Ensuite, j'ai dessiné la "forme" des deux histoires. L'une était plutôt rectiligne, l'autre, "Bonhomme et le fil rouge", plutôt ronde, puisque Bonhomme part d'un point, avec un fil rouge en main, pour, à la fin de l'histoire, y retourner, et retrouver le fil entre temps échangé contre d'autres objets.


Je leur ai demandé de voter pour la forme d'histoire qu'ils préféraient, mais surtout, d'être capables d'expliquer pourquoi ! Nous avons ainsi "débattu" quelques minutes. Les votes ont ensuite été sans appel :  dans la première classe, 23 voix pour le deuxième type d'histoire, et dans la deuxième classe, 18 voix.
C'est donc une histoire "ronde" que nous inventerons !

Nous avons ensuite listé ce qui leur plaisait particulièrement dans "Bonhomme et le fil rouge", afin de nous en inspirer pour écrire notre histoire.



J'ai terminé en le lisant "Le ballon de Simon", qui est une histoire "ronde", elle aussi... "comme le ballon" ont remarqué certains. 


Nous nous sommes quittés, épuisés, mais heureux à l'idée de se revoir dans trois semaines pour démarrer l'écriture de notre histoire. Maintenant que nous avons tous les "ingrédients", à nous de faire fonctionner notre imagination ! Notre personnage sera-t-il Bonhomme ? Ou bien quelqu'un d'autre ? Où se promènera-t-il ? Que trouvera-t-il ? Suspens !
Ce qui est sûr, c'est que certains ont déjà plein d'idées !
Bravo les CP-CE1 de Quiers !

Et pour finir, ce petit mot d'un des élèves d'Aurélie, qui me fait dire que les projets comme ça sont décidément infiniment précieux : "Merci maîtresse de nous faire vivre tout ça."





lundi 12 novembre 2018

Rencontres à Ecully


Petit aperçu du travail mené par l'école du centre, à Ecully, à partir de mon album "Le preux chevalier Philibert parti terrasser le dragon pour noyer son ennui"...





Les enfants ont dû imaginer la couverture du livre, seulement à partir du titre (qui est une histoire en soi, c'est vrai !).



Puis, les élèves de la classe de Mme Bourg ont écrit une suite, après avoir entendu la lecture d'une partie de l'histoire.
En voici un extrait, écrit par Thelma (juste un extrait... car Thelma a écrit un vrai roman !)



 (cliquez pour agrandir, et... soyez indulgent concernant l'écriture, j'ai pris la maîtresse au dépourvue, en lui demandant une photocopie du texte)

Appel aux autres enfants de la classe : vous pouvez m'envoyer une photo de votre texte (corrigé bien sûr), ou le texte tapé sur ordinateur, si vous souhaitez que je le publie sur mon site (mon adresse email se trouve dans "Qui suis-je ?" en haut à gauche).

Et maintenant, départ pour le salon d'Aubagne ! Quel mois de novembre !